Le tour de plaine

relation-client-MDC

Enfant, j’avais à cœur d’accompagner mon grand père puis mon père lors de leur tour de plaine journalier.

Quotidiennement, les différents chantiers du jour achevés, ils se faisaient un devoir…et une récompense, de prendre le temps d’aller écouter et sentir ce que la terre et les cultures avaient à leur dire.

Se mettre à la disposition de ces ressources, se rendre disponible pour capter les plus subtiles variations de façon à mieux appréhender les tâches du lendemain ou des saisons prochaines. Quelle puissance, quel témoignage de l’importance de « se poser » pour prendre les bonnes décisions… et quel meilleur témoignage que celui de l’acteur, en l’occurrence ici, la parcelle ou le champ, pour exprimer ses aspirations, ses besoins et/ou ses attentes.

Le parallèle pour moi avec la relation client et le CCM est évident, lumineux… mais peut-être très / trop personnel. Je m’en excuse par avance. Il est tellement fort qu’il a construit ce que je suis et ce que la société que j’ai créée souhaite partager avec ses clients, les chercheurs et les confrères.

Au service du donneur d’ordre, il est important de prendre le temps de faire le tour de plaine. « Faire silence et
parcourir son exploitation. Découvrir ses parcelles et leurs spécificités, prendre le temps de regarder la situation sanitaire des différentes cultures, passer en revue les ressources disponibles et les décisions à prendre à court et moyen terme », c’est analyser son portefeuille client, ses performance économiques, les besoins et attentes des clients, leur niveau de satisfaction ou d’insatisfaction… l’inventaire des forces en présence et la mobilisation / motivation des équipes.

Ce tour de plaine est capital et cette immersion salvatrice tant, au quotidien le décideur doit prendre des décisions qui seront applicables le jour même ou, au contraire, beaucoup plus tard ou auront encore des répercussions dans plusieurs mois.

Penser puis construire sa stratégie client c’est donc en premier lieu être en capacité d’écouter « le terrain » et de croiser, fertiliser ces éléments à la lumière des expériences passées et des expertises diverses et variées que la vie nous donne la possibilité de capter.

En 2020, comme les années précédentes, les travaux et les échanges du CCM constituent plus que des apports enrichissants ; des engrais pour le court terme et répondre à nos questions du moment, mais aussi des amendements, pour améliorer le sol et le rendre encore plus fertiles dans les années futures.

Merci à tous,

Christophe Bouguereau

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *